Ne ratez pas
Accueil » Boutique » Livres » Trésors et chasseurs de trésors

Trésors et chasseurs de trésors

Une sélection de livres sur le thème des chasses aux trésors et des chasseurs de trésors. Récits d’aventures, mais aussi guides pratiques, listes de trésors enfouis ou engloutis en France ou dans le monde, ces livres ont un parfum de mystère et d’aventure !

Titre Auteur Parution Détails
Les secrets des découvreurs de trésors: étude sur plusieurs trésors découverts Hervé Michel 2017
Présentation de l’éditeur
Tous les ans, des dizaines de trésors sont mis au jour dans le monde. Petites économies ou grosses fortunes, l’auteur, chasseur de trésor depuis près de trois décennies, analyse ici quelques-unes de ces richesses ramenées à la lumière par des chercheurs professionnels ou des amateurs chanceux. Pour chaque magot découvert, il raconte les circonstances de la trouvaille et surtout livre son analyse des faits. Lorsque cela est possible, il explique qui était l’enfouisseur, ses motivations et la méthode utilisée pour dissimuler afin d’en tirer une véritable technique d’investigation. Il nous expose également ses propres protocoles de recherches, donne des conseils sur le réglage et l’utilisation du matériel et sur les lieux de cache les plus fréquents.
À lire absolument avant de se lancer sur la piste d’un trésor ou tout simplement pour rêver quelques heures.
Sur la piste des pierres précieuses : un récit d’aventures Patrick Voillot 19 mai 2016
Présentation de l’éditeur :
Emeraudes de Colombie, rubis de Birmanie, tourmalines de Madagascar, diamants de Tanzanie, aigues-marines du Pakistan, pierres de lune du Sri Lanka… Patrick Voillot est passionné par l’univers des pierres précieuses et parcourt la planète à la découverte des mines où elles se cachent. Une quête magnifique à la recherche de trésors gemmologiques, mais aussi des fabuleuses légendes qui les entourent.
Biographie de l’auteur :
Docteur en pharmacie et diplômé de l’Institut national de gemmologie, Patrick Voillot est l’auteur de nombreux ouvrages sur les pierres précieuses. Il a également réalisé plusieurs films documentaires sur les gemmes, notamment pour France Télévision.
La Vierge du Cap : une fabuleuse chasse au trésor dans l’océan Indien Hervé Michel 17 mars 2016
Présentation de l’éditeur :
La Vierge du Cap est un navire portugais capturé à la Réunion par le Pirate Olivier Levasseur en 1721. Le colossal trésor qu’il transportait dans ses cales fut perdu à jamais. On le cherche encore aujourd’hui.De nos jours, Jack Carver, un chasseur de trésors désabusé et torturé par de douloureux souvenirs, se lance dans une aventure trépidante dans l’océan Indien, pour les beaux yeux d’une jeune femme mystérieuse.
Avec son équipage hétéroclite, il va affronter les tempêtes, les pirates et même un séisme sous-marin avant de s’enfoncer dans les entrailles de la Terre à la recherche du fabuleux héritage d’Olivier Levasseur.Ce livre, écrit par un authentique chasseur de trésors, mélange fiction et réalité dans un récit haletant et très rythmé.
Le collectionneur d’îles mystérieuses Philippe Godard 1er octobre 2015
Présentation de l’éditeur :
Philippe Godard, le plus grand explorateur d’îles au monde, retrace sa vie dédiée à la découverte de confettis de terre perdus au milieu des océans… Chaque chapitre, consacré à une île différente, est une aventure à part entière, et le sens aigu de l’observation de l’auteur conjugué à son autodérision font de ce récit un voyage inoubliable en terre inconnue.
Biographie de l’auteur :
Philippe Godard s’est efforcé, tout au long de son existence d’ingénieur bourlingueur, « d’aller là où les autres n’allaient pas ». Chevalier de la Légion d’honneur et chevalier des Palmes académiques, il vit aujourd’hui dans le bush, en Australie occidentale, où il continue à taquiner l’aventure.
Trésors des mers : L’histoire engloutie Robert Sténuit 21 mai 2015
Extrait du prologue :
Je me suis toujours fait une certaine idée des trésors. Mais le mot, le mot magique avec son grand T demande définition.
Dans ma définition, le noble métal jaune ne figure pas seul. Le mot «Trésor» recouvre aussi, à part entière et sans discriminer, toutes les sortes de découvertes, aussi bien tout objet d’importance historique, sentimentale ou financière, que toute sensation, intellectuelle ou viscérale, que je parviendrais à pêcher dans un dépôt d’archives poussiéreux ou bien au fond d’un océan. À son découvreur donc, un trésor apporte tout, tout ce qui compte.
Il m’a toujours semblé aussi qu’il ne serait pas très raisonnable de vivre raisonnablement quand on pourrait bien n’avoir qu’une seule vie à vivre et comme j’ai toujours craint que cela puisse être mon cas, j’ai choisi très tôt de ne remplir ma vie que de passe-temps qui soient plaisants.
Ces passe-temps pourvoyeurs des joies de l’esprit autant que de nourritures terrestres, ce furent tantôt ces choses agréablement dangereuses qui font battre le coeur plus fort et que je faisais bien prudemment pour pouvoir en faire longtemps, tantôt ces choses un peu folles ou farfelues et volontiers romanesques, que je faisais bien sérieusement afin de les réussir aussi souvent que possible.
Et comme j’ai eu raison. Comme j’ai eu raison de ma première épave pourchassée à ma première pièce d’or retrouvée, de ne penser à rien d’autre, et comme j’ai eu raison, depuis cette première pièce d’or, de ne vivre que pour en trouver d’autres et leur faire raconter leurs histoires.
La première pièce que j’ai trouvée sous la mer, je l’ai embrassée, oui. Mais cette pièce, il y avait treize ans que je la cherchais. Ce baiser, treize ans que je le retenais. Et ce n’était pas le baiser sec d’Harpagon, mes lèvres, boursouflées autour de l’embout par le froid de l’Atlantique Nord, ne se tendaient pas vers la demi-once de métal jaune et son pouvoir d’achat. J’embrassais de l’histoire écrite sur de l’or, j’embrassais le profil d’un roi dont, en d’autres temps, j’eusse été le sujet, j’embrassais des armoiries qui résumaient l’histoire de l’Europe, l’histoire des miens.
J’embrassais les trésors des Espagnes venus des Indes occidentales sur les galions des flottes de l’or. J’embrassais les trésors des caravelles portugaises qui avaient découvert les côtes d’Afrique, année après année, cap après cap, «por mares nunca navegados» Il y a plus longtemps encore, avant de doubler enfin Bonne-Espérance. J’embrassais les trésors des naus et des caraques lusitanes qui avaient sillonné dès lors toutes les mers d’Orient pour en ramener épices, fins voiles de soie, porcelaine, perles et pierreries et tous ceux des galions et des naus marchandes venues des lointaines Amériques. Et j’embrassais les trésors aussi des navires des Compagnies des Indes que les autres puissances maritimes européennes allaient lancer à leur tour à la poursuite des caraques et des galions pour leur arracher le monopole de la fortune.
Mais j’anticipe.
Au départ, parmi les entreprises plaisamment périlleuses, j’avais choisi la spéléologie et la plongée souterraine en siphon dans les cavernes inondées des Ardennes belges, puis, plus tard, la plongée profonde expérimentale aux mélanges, en saturation, dans les premières maisons sous la mer. (J’étais à cette époque chef de plongée du projet Man-in-Sea de l’océanologue américain Edwin Link, que soutenait la U.S. Navy.)Présentation de l’éditeur :
Dans un récit autobiographique à couper le souffle, Robert Sténuit retrace sa vie de chercheur d’épaves, riche en découvertes, trésors et aventures humaines. Il y raconte ses plongées mythiques et ses plus beaux coups, ceux qui ont fait sa réputation mondiale, et en particulier la célébrissime découverte d’un vaisseau de L’Invincible Armada espagnole au large des côtes anglaises.L’auteur :
Né à Bruxelles en 1933, Robert Sténuit est l’une des grandes figures de l’archéologie sous-marine actuelle. Il est à l’origine de l’invention de nombreuses épaves et est également l’auteur d’une dizaine d’ouvrages portant sur ses extraordinaires découvertes, dont Les épaves de l’or (Gallimard) et Ces mondes secrets où j’ai plongé (Robert Laffont).
60 trésors fabuleux à découvrir – Leur histoire détaillée – Leur composition précise – Leur localisation supposée Jacques Mandorla 31 mars 2015
Présentation de l’éditeur : Beaucoup de gens pensent qu’il est excessivement rare – pour ne pas dire impossible – de trouver un trésor. C’est entièrement faux ! Les rubriques « Informations locales » ou « Faits divers » de nombreux quotidiens et magazines, français ou internationaux, mentionnent fréquemment des découvertes trésoraires faites par des particuliers ou des professionnels. Sans compter celles qui ne sont jamais déclarées. Dans ce livre, l’auteur vous propose de partir à la découverte – et même à la recherche, pour les plus courageux d’entre vous ! – de 60 fabuleux trésors qui n’ont toujours pas été trouvés. Pour chacun, vous allez connaître sa véritable histoire, sa composition exacte et sa localisation supposée. Trésors de la Révolution, cachés par des membres du clergé, des nobles émigrés ou des chefs chouans ou vendéens (Charette, Stofflet) Trésors de tueurs en série : Gilles de Rais, la marquise de Brinvilliers, Landru, le docteur Petiot Trésors accessibles seulement après avoir déchiffré des messages codés (cryptogrammes) inscrits sur le parchemin de La Buse, la carte de l’île des Cocos, la pierre tombale de Marie d’Hautpoul à Rennes-le-Château, les murs de l’abbaye de Saint-Wandrille Trésors de Napoléon (Austerlitz, retraite de Russie, Waterloo) et de son entourage (Fouché, Jérôme Bonaparte, l’impératrice Joséphine, Murat) Trésors d’épaves : Soleil d’Orient, Télémaque, Titanic, City of Cairo Trésors légendaires, mais bien réels : Templiers, Cathares, Incas. Biographie de l’auteur : Jacques Mandorla est journaliste d’investigation. Il anime régulièrement une rubrique sur les trésors dans des revues de numismatique et de détection. Il est l’auteur d’ouvrages sur le magnétisme, la radiesthésie, les contacts avec l’au-delà.
La dernière île au trésor Robert Vergnes 5 juin 2014
Extrait :OÙ L’AUTEUR RACONTE COMMENT, EN 1550, UNE ÎLE MYSTÉRIEUSE APPARUT SUR LES CARTES FORT OPPORTUNÉMENT POUR SERVIR DE REFUGE AUX VILAINS MESSIEURS DE LA FLIBUSTE L’île des Cocos émerge de l’océan Pacifique par 5° 32′ 8″ de latitude nord et 87° 03′ 8″ de longitude ouest, soit un peu au-dessus de la ligne équatoriale. Dans sa plus grande longueur, elle mesure sept kilomètres et cinq et demi dans sa largeur maximale. La terre la plus proche, le Costa Rica dont elle est la «colonie» depuis la fin du siècle dernier, est à six cents kilomètres environ au nord-est, les îles Galápagos se trouvent au sud-ouest, à huit cents kilomètres. Une quinzaine d’îlets avoisinent ses côtes, répartis alentour à très faible distance. Ce sont d’énormes blocs de basalte d’origine volcanique comme l’île. Leurs noms révèlent leurs silhouettes : îles Conique, Meule, Bateau, Pain de Sucre. Ils sont inabordables et n’offrent aucun intérêt si ce n’est pour les oiseaux qui y nidifient. Quel navigateur aperçut l’île le premier ? Il est impossible de répondre avec certitude à cette question. Les pionniers du Pacifique, les Gaspar de Morales, Pedrarias Davila, Espinosa, Gil Gonzales Davila ne la mentionnent pas plus que les Pizarre et Almagro. Elle ne figure sur aucune carte de l’époque (1511-1530), portugaise ou espagnole. Il semble possible que Thomas de Berlonga, évêque de la Castille d’Or, l’ait entrevue : parti de Panama pour le Pérou en 1535, son navire dériva jusqu’aux Galápagos et dut passer bien près de ses côtes. Sous le nom d’Ysle de Coques, elle voit enfin le jour, nouvelle-née langée de «bleu des mers du Sud», sur le parchemin de la célèbre carte dite de Henri II. Les experts sont d’accord pour reculer l’origine de cette oeuvre en couleur en deçà du règne de ce prince : ils la situent sous celui de François Ier, en 1542. Il paraît donc raisonnable de placer sa découverte entre 1535 et 1542, découverte française jusqu’à preuve du contraire. La mappemonde de Sébastien Cabot (1544) l’ignore, tout comme celle de Descelliers (1546) mais elle est présente sur le portulan de Guttieres en 1550 et devient Isle de Cocos en 1559 dans l’atlas d’Andréas Homo. En 1556, le planisphère sur parchemin peint de Nicolas Desliens nous montre ses contours reproduits avec une fidélité surprenante pour l’époque. Par inadvertance sans doute, elle est baptisée Isla de los Galápagos sur la mappemonde de Gérard Mercator en 1569. Jusqu’à la fin du XVIe siècle, les cartographes l’escamotent (mappemonde de Jehan Cossin, portulan de Domingos Teixeira, Nouveau Monde d’André Thevet). Mais les navigateurs, eux, la connaissent, la cherchent pour relâcher et bien souvent la manquent, car sa situation sur les cartes précitées est presque toujours inexacte. Les premières années du XVIIe siècle la voient reparaître flanquée d’une île jumelle, Santa Cruz, dans une publication de Cornille Wytfliet en 1605. Cette terre nouvelle, qui n’existe pas en réalité, doit être considérée comme un dédoublement des Cocos, revues par un capitaine qui crut avoir fait une découverte alors qu’il avait tout simplement mal fait le point.
Naufrages de légende : les pirates Patrick Lizé & Emmanuelle Lizé 14 novembre 2013
A la fois craints et admirés, les pirates sont devenus, au fil des siècles, des figures mythiques. c’est à la rencontre de ceux dont les naufrages furent les plus extraordinaires que nous vous proposons de voyager à travers ces pages… Découvrez comment le navire du pirate Morgan explosa alors que l’équipage fêtait une belle prise. Laissez-vous surprendre par l’histoire du corsaire Francis Drake dont le cadavre, jeté à la mer dans un cercueil de plomb, n’a jamais été retrouvé. Rêvez à la légende du Français La Buse qui, juste avant son exécution pour piraterie, aurait lancé un mystérieux cryptogramme à la foule en criant : «Mon trésor à qui saura le déchiffrer !»Les auteurs : Historien et spécialiste de l’archéologie sous-marine, Patrick Lizé collabore avec de nombreux instituts et musées pour la localisation, la fouille et le catalogage de navires coulés dans différentes parties du monde. Il est également le scénariste de plusieurs bandes dessinées sur les pirates parues chez Glénat et l’auteur de deux ouvrages documentaires : Épaves d’or (J.-C. Lattès, 1991) et Le naufrage des Portugais (Chandeigne, 2002). Il a coécrit cet ouvrage avec sa fille, Emmanuelle Lizé, qui, touchée par le même virus de la recherche en archives que son père, est elle aussi archéologue maritime. Le livre est illustré par Sergio Aquindo dont on connaît notamment les collaborations avec Le Monde et la revue XXI.
Profession découvreur de trésors Michel Paret 17 octobre 2013
Chercheur en archives et bourlingueur hors norme depuis plus de 40 ans, Michel Paret nous embarque dans la course folle qu’est sa vie de découvreur de trésors. Tour à tour plongeur au large des Caraïbes à la recherche des épaves du banc d’argent, organisateur d’expédition dans un sanctuaire inca du lac Titicaca, chasseur de trésor aux abords de l’île Misteriosa, et même trafiquant de whisky entre Saint-Martin et la Guadeloupe, ce livre vous transportera au gré des aventures de son incroyable auteur. Accrochez-vous !
40 histoires extraordinaires de chasses au trésor en France Myriem Lahidely 11 octobre 2013
La France est le deuxième pays d’Europe le plus riche en trésors enfouis. Quarante trésors, aussi bien médiévaux que contemporains, sont présentés dans cet ouvrage. Epave au fond des mers, magot perdu sous les ruines d’un château, caché dans un souterrain, noyé dans les décombres d’une bataille… Ce livre fait voyager notre imaginaire. Légendes ou réalités, ces trésors traversent le temps génération après génération, qu’ils aient été retrouvés ou non. Connus ou moins connus, ils évoquent les grandes heures de l’Histoire de France, pacifiques, souvent chaotiques.
Les Mystères des îles au trésor Erick Surcouf 10 octobre 2013
Érick Surcouf, descendant du célèbre Robert Surcouf, «roi des corsaires», est lui-même chercheur de trésors. Il est notamment l’auteur de Trésors terrestres et sous-marins et Manuel du chercheur de trésors (Arthaud)
Trésors du monde : Enterrés, emmurés, engloutis Robert Charroux 6 juin 2013
Les temps sont venus où l’aventure recommence, plus prodigieuse qu’au siècle d’Isabelle de Castille, et les caravelles à réaction s’élancent déjà vers le nouveau monde planétaire. Le destin de l’Homme n’est pas de creuser sa tombe, mais de voyager hors de toutes les frontières, continuant la tradition préhistorique de nos lointains ancêtres qui marchaient inlassablement è la poursuite du soleil. Toutes les grandes migrations, les invasions et les exodes se sont faits sur cet axe rituel est-ouest, dans le sens solaire, et les amoureux du paradoxe pourraient avec quelques vérités, dire que l’Ouest est le pôle magnétique de notre globe terrestre ! L’humanité qui stagne depuis le XVIIe siècle a malgré tout forgé les véhicules de son émancipation et choisi les routes incertaines et les mers ténébreuses où s’élancer. Mais le sens est-ouest, dimension de surface, est jalonné, repéré, relevé, mesuré, étalonné, et le monde terrestre émergé, de La Rochelle à Tokyo, de Thulé aux îles Kerguelen n’offre plus la moindre petite taupinière dont on ne connaisse la hauteur, la circonférence et le poids spécifique. L’aventure en surface, mise à mort par les navigateurs, explorateurs, géophysiciens, par les autos, les transats et les stratocruisers, doit s’orienter vers d’autres azimuts, vers l’épaisseur qui est hauteur et profondeur ou s’excentrer. L’aventure projette les hommes vers la lune, Mars, Vénus ou le soleil, et peut-être (si l’univers est creux et l’extérieur dans le dedans) demeure-t-elle encore centrifuge en direction des dernières zones inviolées de 1 ecorce terrestre. Et les conquistadores de l’une et l’autre évasion revêtent leur uniforme commun : maillot de matière plastique et masque respiratoire pour évoluer à un million de kilomètres dans le vide sidéral ou à 10 000 yards dans les océans. Il va falloir choisir : l’eldorado des planètes dans l’extérieur lointain, ou dans l’extérieur proche les cimetières marins, les mines d’émeraudes et de rubis, les caches à cassettes d’or nichées dans les vieux murs, les souterrains et dans la poussière des millénaires. Le chercheur de trésor a choisi de défier l’inconnu, de deviner le miraculeux, de sonder la matière vierge, de s’excentrer dans l’épaisseur, mais il n’emprunte plus l’arsenal décevant des occultistes : la baguette divinatoire, l’incantation, la mandragore ; la science a mis à sa disposition des sorciers à transistors et l’électronique joue au lutin avec les vieux magots effarés. Ali Baba disait : «Sésame ouvre-toi !» Aujourd’hui, casqué d’écouteurs, le doigt réglant le milliam-pèremètre et le souding, le chercheur de trésor force le mystère de l’impénétrable et éclaire la nuit de la matière compacte. La prodigieuse aventure renaît donc : tout n’est pas écrit, mesuré, inventé, l’«intérieur» est toujours inviolé, et il y a toujours le «dans les murs», le «dans la terre», le «dans les mers».Biographie de l’auteur : Robert Charroux est né en 1909 et fut successivement champion d’athlétisme, plongeur sous-marin, chercheur de trésors, globe-trotter, journaliste, archéologue, mais surtout, à partir des années 1960, écrivain à succès
Pour tout l’or du monde Dominique Jongbloed Avril 2013 Pour-tout-l-or-du-monde
Communiqué : Il l’avait promis il y a un an, il rassemblerait toutes les recherches de trésors faites par lui et ses amis depuis 28 ans et les rassemblerait dans un ouvrage unique, à destination de tous les chercheurs de trésors, en herbe ou déjà aguerris !Dominique JONGBLOED, le célèbre aventurier, chasseur de reliques, de cités perdues et de trésors légendaires, revient avec un ouvrage magistral qui va faire briller les yeux de milliers de lecteurs. Ce n’est pas tous les jours que l’on vous parle de trésors en vous indiquant l’endroit précis où ils se trouvent !! Une aubaine par ces temps de disettes financières !Que ce soit dans l’Ouest américain, avec la mine perdue d’Opata, le trésor de Billy Bowlegs ou le trésor perdu de la Confédération, dans le Pacifique, avec le trésor de James Cook, ou en Europe, avec le trésor du lac Toplitz, celui de St Fargeau, celui de Mandrin ou la manne de St Lupicin… Dominique JONGBLOED est allé au fond des choses et propose de nombreux trésors accessibles à tous, même aux chasseurs amateurs !! Une grande première !Son livre est une véritable mine d’or et de renseignements très précieux. Il est préfacé par son complice et ami, Hervé MICHEL, l’un des meilleurs chasseurs de trésors en France, qu’ils soient terrestres ou sous-marins.De l’avis de l’éditeur, Terres d’Aventures : « Tout l’Or du Monde … Avec ce titre on entre directement dans le vif du sujet. Comme d’habitude l’auteur ne fait pas de fioritures, à l’image de son tempérament d’aventurier et de chercheur infatigable … Fort de plus de 28 ans d’expérience, il présente les Trésors les plus fabuleux mais aussi les plus accessibles car son souhait premier est de permettre à tout passionné d’Histoire et de richesse de pouvoir se lancer à la recherche de trésors parfaitement atteignables pour un chasseur de trésor moyennement équipé mais totalement motivé et faisant preuves d’ingéniosité et de jugeote … bien sûr certains sont plus ardus à retrouver ! Il fait voyager le lecteur sur les cinq continents (et même sous les océans et mers du globe) et lui propose des histoires originales de trésors, croustillantes ou même énigmatiques ! Ce qui apporte un plus non négligeable, c’est le nombre important de trésors révélés en France ! Enfin des trésors où il ne faut pas parcourir le monde pour les atteindre ! Prenez cet ouvrage, votre détecteur, votre caméra fibroscopique, votre besace et votre piolet et partez à la recherche de trésors incroyables !! Un livre écrit pour les détectoristes, amateurs ou professionnels, parce qu’ils le valent bien ! (Respectez la législation en vigueur) ».
Sur la piste des trésors perdus Hervé Michel Janvier 2013
Quatrième de couverture : Qui n’a jamais rêvé de trouver un trésor, de découvrir au fond d’une crypte mystérieuse des coffres débordants de richesses, de plonger dans les méandres de l’Histoire à la poursuite du trésor des Rois de France ou de celui des Templiers ? Ces trésor fabuleux existent bien, certains sont même attestés par les livres d’Histoire. Mais il en est d’autres, bien moins médiatiques, mais ô combien plus accessibles, qui attendent d’être ramenés au jour : les trésor de famille. Il s’agit des toutes ces petites économies, ces bas de laine patiemment thésaurisés par nos aïeux et qui, à la suite d’un décès soudain, sont restés bien au chaud dans leur cachette, attendant la venue d’un inventeur. Dans cet ouvrage, Hervé MICHEL vous emmène avec lui à la recherche de ces deux types de fortunes. Il vous livre aussi nombre de ses techniques au travers de récit vivants et d’histoires vécues. Un véritable manuel de chercheurs de trésors.
L’or d’Atahualpa, dernier empereur Inca Philippe Esnos 14 mars 2013
Présentation de l’éditeur : De l’or à profusion, la jungle et ses périls, d’obsédantes légendes incas, de mystérieuses archives religieuses… et un inestimable trésor !
Trésors Emmanuelle Levasseur 5 septembre 2012
Présentation de l’éditeur : Carnets de plongée est une collection de livres inspirée de la série télévisée culte des passionnés du monde subaquatique. Des récits courts, fondés sur le vécu. Frissons garantis à la lecture des aventures des plus grands plongeurs, d’aujourd’hui et d’hier, et des anecdotes les plus étonnantes ! Qui n’a jamais rêvé de galions chargés d’or, naufragés dans les Caraïbes ou sur les côtes d’Europe ? De jonques alourdies de porcelaines perdues en mer de Chine ? L’un des plus grands fantasmes de plongeur est de découvrir un de ces trésors engloutis qui font parfois la « une » de l’actualité. Pour satisfaire ce besoin, cette soif d’aventure, certains sont devenus chasseurs d’épaves, pirates, ou archéologues. Plongeurs amateurs ou professionnels se croisent dans les pages dorées sur tranche de l’histoire des trésors engloutis. Parfois en marge des lois, souvent au prix de risques insensés et d’épisodes rocambolesques. La quête continue aujourd’hui, dans toutes tes eaux du monde. Emmanuelle Levasseur a ouvert le coffre aux trésors pour en conter les plus belles heures. On estime à plusieurs milliards de dollars le butin sorti des eaux. Il en resterait mille fois plus à découvrir…
Biographie de l’auteur : Rédactrice en chef adjointe du magazine Apnéa pendant cinq ans, titulaire d’un niveau IV de plongée loisir et du classe 1B professionnel, Emmanuelle Levasseur a collaboré avec les principaux titres de la presse plongée française: Océans, Plongée Magazine et Partir Plonger. Cofondatrice et rédactrice en chef de Tribu Snorkeling pendant deux ans, elle est désormais journaliste indépendante et travaille toujours à vulgariser la pratique de la plongée libre, se spécialisant dans les espaces naturels corses.
Enquête sur 25 trésors fabuleux Pierre Bellemare & Jean-François Nahmias 4 avril 2012
Présentation de l’éditeur : La recherche de trésors fait, depuis des siècles, courir les hommes à travers le monde, les poussant à sillonner les déserts, explorer les montagnes, descendre au fond des mers. Si beaucoup ont payé de leur vie cette quête, d’autres ont réellement rencontré la fortune, suscitant l’émerveillement et l’envie. Le lecteur découvrira dans ces nouveaux récits haletants de Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias nombre de ces explorations réussies, qu’il s’agisse de coffres débordant de métaux précieux cachés à cause des guerres ou des persécutions, ou de galions chargés de doublons ayant fait naufrage entre l’Amérique et l’Espagne. Cet ouvrage dévoile aussi des trésors moins attendus, comme la tête d’Henri IV – décapitée par les révolutionnaires et retrouvée dans des conditions incroyables -, l’avion de Saint-Exupéry, tombé en Méditerranée durant sa dernière mission, et Otzi, l’homme du néolithique, sorti miraculeusement des glaces après cinq millénaires. Voici 25 trésors fabuleux pour partir au bout de l’aventure, et du rêve.
Voir la fiche du livre : Enquête sur 25 trésors fabuleux
Trésors terrestres et sous-marins : Ces fabuleux trésors et leur chasse effrénée Erick Surcouf 19 octobre 2011
Présentation de l’éditeur : Aux Amériques comme en Grèce ou en Egype, nombreux sont les trésors ensevelis de civilisations disparues soudainement ou mystérieusement, et tout aussi nombreux sont ceux qui les cherchent, sur terre comme aux fonds des mers.
Voir la fiche du livre : Trésors terrestres et sous-marins
L’Aventurier Philippe Esnos 24 mars 2011
Présentation de l’éditeur : Des grands lacs nord-américains, à la côte ouest d’Afrique, des Bahamas aux cordillères d’Amérique centrale, c’est avec une verve incroyable et un style digne des plus grands que Philippe Esnos nous transporte au fil des pages dans son monde où l’océan et les péripéties sont devenus son quotidien. Sa vie est un roman inimaginable pour le commun des mortels, pourtant cet aventurier des temps modernes ne ménage pas ses efforts pour  » réaliser ses rêves d’enfant  » et nous emporter avec vigueur et jubilation sur ce chemin d’une vie hors du commun.
Le manuel du chercheur de trésors terrestres ou engloutis Gérard Desmaretz 7 juillet 2009
Présentation de l’éditeur : Près de 350 trésors sont découverts chaque année en France. Et il ne s’agit là que des trésors déclarés ! Avec son riche passé historique et ses 5100 km de côtes, la France reste l’un des pays les plus prisés pour la recherche trésoraire. Cependant, tous les trésors ne consistent pas en des pierres fines ou des métaux précieux. Un dépôt peut constituer un trésor aux yeux de celui qui le découvre, pour sa valeur historique, voire sentimentale. Les 24 disques en cire vieux d’un siècle et découverts à l’intérieur de deux urnes de plomb dans les sous-sols de l’Opéra Garnier représentent, pour les mélomanes, un, véritable trésor. Prospecter, c’est découvrir ou redécouvrir des pans entiers de notre histoire et une façon de se la réapproprier. Mais c’est aussi, et surtout, découvrir l’histoire des hommes, des civilisations qui nous ont précédés, ainsi que celle des arts. Pas étonnant que notre pays compte plus de deux cent mille passionnés d’archéologie, plusieurs dizaines de milliers de détectoristes, sans compter les amateurs de cistes, qui recherchent des objets sans valeur aucune, cachés en pleine nature par d’autres participants, sans autre but que celui de la découverte. Saviez-vous qu’il existe des raids de chasse au trésor ? Plusieurs équipes se voient remettre un scénario d’une cinquantaine de pages comprenant des extraits de documents d’archives, cartes et grimoires anciens, et doivent retrouver un trésor. Il se vend chaque année en France quelques milliers de détecteurs ! Saisissez sur n’importe quel moteur de recherche le mot  » trésor « . Le résultat est édifiant !
Chasseurs d’épaves : L’or des galions Philippe Esnos 4 juin 2009
Présentation de l’éditeur : De la poussière des archives coloniales aux eaux cristallines des lagons, cette chasse au trésor nous entraîne dans un tourbillon de péripéties. Pour financer ses recherches, l’auteur fera du transport de cargaisons diverses, de la pêche au requin ou encore de la récupération de métaux sur des épaves modernes. Il nous conduira alors des tempêtes de la mer du Nord à la douce caresse des alizés, des côtes d’Afrique à l’Amazone. Une fois la caisse du bord remplie, nous partons sur les traces des galions du Christ, en Jamaïque et jusqu’en Colombie – pays de tous les dangers – pour y découvrir les derniers trésors engloutis. Ironie du sort, au cours d’un cyclone, Philippe Esnos fera lui-même naufrage au large du Honduras. Ce n’est qu’après plusieurs semaines sur une île déserte qu’il sera récupéré par des pêcheurs de tortues… Mieux qu’un roman d’aventures, les véritables tribulations d’un bourlingueur hors du commun affrontant les mers et l’Histoire dans la lignée des grands aventuriers.
100 épaves en Côte d’Azur de Saint-Raphaël à Gênes Anne Joncheray 15 mai 2009
Biographie de l’auteur : Après avoir exercé des métiers aussi divers que professeur de gymnastique ou prothésiste dentaire, Anne est actuellement attachée du patrimoine auprès de la Mairie de Saint-Raphaël et, à ce titre, responsable du Musée d’archéologie sous-marine de la ville ; elle est diplômée de I’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Moniteur d’Etat de plongée, scaphandrier classe 2 mention B. Jean-Pierre, convaincu que la pharmacie menait à tout si l’on s’en éloignait un peu, est devenu biologiste ; il est Moniteur Fédéral de plongée, scaphandrier Classe 2 mention B. Ils se sont rencontrés voici vingt ans, en plein hiver, tous deux animés du virus plongeur, et ont dû effectuer ensemble bien plus de trois mille plongées entre 0 et 80 mètres… Quand on aime, on ne compte pas ! Leur cursus : rechercher toujours et parfois découvrir des épaves (ils sont les  » inventeurs  » de vingt-cinq épaves antiques par exemple, record inégalé !), puis les étudier et en élaborer lentement la publication (plus de cinquante chantier de fouilles)… des boulimiques de la, découverte, des obsédés de l’excavation ! On leur doit, entre autres, l’étude de très rares épaves sarrasines en Provence, la découverte du canon de bronze de la Chrétienne, la récupération de plus de quatre mille bols du temps de Louis XIV, douze épaves à Agay, des fouilles de sites s’étalant du sixième au dixième siècle après J.-C., des Etrusques à nos contemporains. Ce n’est pas tout ! Parfois l’amphore devenant capricieuse et de plus en plus réglementée, nos deux compères furent réduits découvrir des épaves modernes. La plus célèbre, qui fit les titres des journaux, fut celle d’un vieux sous-marin maintenant centenaire, l’Alose, actuellement renfloué en raison de sa valeur historique. Bien vite naquit la série des fascicules- que les passionnés s’arrachent des  » Naufrages en Provence « , suivie par les monographies concernant toute la Méditerranée française. Nous en sommes au fascicule 20, intitulé  » Epaves déraisonnables « . celles-ci gisent entre 65 et 127 mètres de profondeur, tout un programme ! Anne et Jean-Pierre Joncheray sont célèbres dans le monde de la plongée par leur caractère particulièrement entier et leur gentillesse sans limite… Les Editions GAP ont déjà publié, des mêmes auteurs,  » 50 épaves en Corse « ,  » 80 épaves à Marseille  » et  » 100 épaves en Côte d’Azur, de la Ciotat à Saint-Tropez « .
Petite sociologie des peigneurs de plage et beachcombers Gilles Kerlorc’h 13 mai 2009
Présentation de l’éditeur : L’art de peigner les plages… Le plaisir enfantin de parcourir le sable, en bordure d’écume, l’oeil aux aguets en quête d’un reflet coloré, d’une forme insolite ou de la multitude de trésors rejetés par la mer. Nombreux en France sont ceux qui pratiquent cette activité de plein air. Des passionnés, des collectionneurs ou des artistes, collectant coquillages, sables colorés, bois flottés, verres polis, galets, épaves ou bijoux… Le beachcombing est une pratique ancienne, d’abord pratiquée par les peuples côtiers qui allaient aux bris d’un naufrage, à l’image d’une fête païenne collective, récupérer les  » fortunes de mer  » qui leur permettaient d’améliorer le quotidien. Puis ces pilleurs des côtes se transformèrent avec les siècles en rêveurs, en artistes, qui exploitèrent et transformèrent ces rebuts de la mer, pour en sublimer l’apparence. Aux Etats-Unis, le beachcombing est même devenu un mode de vie proche de la marginalité. Aujourd’hui le littoral est devenu une zone aseptisée et sur-fréquentée. Le nettoyage à outrance de certaines plages rend ces  » fortunes de mer  » de plus en plus rares et détruit une faune nécessaire au renouvellement et à la préservation de la plage. Cette petite histoire du beachcombing illustrée de nombreux dessins, photos ou cartes anciennes s’adresse aux curieux du littoral souhaitant franchir la barrière de l’estran.
Chasses aux trésors : Au-delà des légendes Jean-Christophe Brisard 6 novembre 2008
Présentation de l’éditeur : La chasse aux trésors, l’aventure par excellence ! Depuis des siècles, des hommes parcourent le monde à la recherche de trésors fabuleux. Ceux de pirates, de civilisations disparues ou encore d’épaves coulées sur des récifs coralliens. Après des mois d’investigations auprès de dizaines de chasseurs de trésors, Jean-Christophe Brisard fait revivre ces aventures humaines hors du commun. A travers le destin de trésors légendaires, comme le mystérieux rouleau au texte énigmatique découvert dans l’antique cité de Qumrân ou le trésor maudit du capitaine Kidd en passant par celui de l’Inca Atahualpa, l’auteur nous emmène pour un voyage sur les cinq continents, au cœur de l’Histoire.
Chasseur de trésors : L’or des Incas Philippe Esnos 5 juin 2008
Présentation de l’éditeur : Plus fort qu’un roman d’aventure voici le carnet de route sans concession d’un des derniers aventuriers solitaires des Temps Modernes. Sur les traces du plus fabuleux trésor du monde, celui de la rançon d’Atahualpa, le dernier empereur des Incas, Philippe Esnos avance envers et contre tous, car le but est proche !. Il affronte l’Histoire et nous transporte des austères bibliothèques aux archives religieuses des monastères à la recherche d’indices, de témoignages et de confessions. Puis, sur un rythme infernal, nous sommes précipités dans les gouffres, les tunnels, au fond des lagunes perdues des Andes, et dans les jungles équatoriales pour de pénibles et dangereuses explorations. Avec une véritable qualité d’écriture, une narration haletante et un humour quelque peu noir, l’auteur nous raconte sa quête, ses recherches, ses difficultés, ses rencontres, et restitue pour nous la densité des décors sauvages qu’il affronte.
100 épaves en Côte d’Azur : De La Ciotat à Saint-Tropez Anne Joncheray & Jean-Pierre Joncheray 5 juillet 2007
Présentation de l’éditeur : Il y a plus de 100 sites d’épaves dans ce livre, des belles et des belles, des grandes et des toutes petites, des prestigieuses et des humbles, des dangereuses, des mystérieuses… Fallait-il que nous en ayons raclé des tôles, souvent hostiles, souvent profondes, voire déraisonnables, pour un tel échantillonnage et cela, avec des fortunes diverses, depuis plus de quarante ans, entre détendeur Cousteau-Gagnan modèle 1945 et recycleur de dernière génération ! Remercions les plongeurs amis qui nous ont fourni amers secrets, photographies, anecdotes susurrées en fond de cale. Bien sûr, quelques vieilles coques nous ont certainement échappé et, par ailleurs, beaucoup d’épaves demeurent sans nom, sans carrière, sans histoire… Leur monographie aura au moins le mérite d’exister, elle sera le point de départ de vos futures investigations : A vous donc de continuer, ou tout simplement d’utiliser l’ouvrage en prenant votre temps, et surtout, d’éprouver du plaisir à découvrir les 100 épaves en Côte d’Azur, de La Ciotat à Saint-Tropez. Autant de plaisir que celui que nous ont procuré les centaines de plongées magnifiques, au sein d’un environnement dense, varié, clair, sinon le plus souvent limpide. Et ce n’est pas tout… nous préparons une suite aussi riche, aussi fournie, qui concernera les gisements de Saint-Raphaël à l’Italie !
Les trésors disparus : Du mythe à la réalité Massimo Centini 30 novembre 2005
Présentation de l’éditeur : II y a en France des quantités de trésors non découverts. Chaque été, milliers d’amateurs sillonnent la France à la recherche de ces écus, bijoux pierres précieuses. Voici pour la première fois l’histoire de ces très mystérieux, le parcours historique de ceux qui les ont cachés à notre vue, les moyens de décrypter les fabuleux secrets qui en interdisent l’accès. Partez à la recherche des fortunes perdues de l’ordre du Temple, ou multiples caches de Louis Mandrin. Découvrez l’or des contre-révolutions, caisses de bijoux de l’impératrice Eugénie, ou les économies cachées du curé de Coustaussa. Où sont les malles du bandit Descombes ? Élucidez le mystère du château Fargues ou la fameuse Énigme de la pierre au trésor.
Histoires mystérieuses des trésors enfouis : Suivies d’une liste commentée de 260 trésors à découvrir Didier Audinot 20 avril 2005
Présentation de l’éditeur : II y a en France des quantités de trésors non découverts. Chaque été, milliers d’amateurs sillonnent la France à la recherche de ces écus, bijoux pierres précieuses. Voici pour la première fois l’histoire de ces très mystérieux, le parcours historique de ceux qui les ont cachés à notre vue, les moyens de décrypter les fabuleux secrets qui en interdisent l’accès. Partez à la recherche des fortunes perdues de l’ordre du Temple, ou multiples caches de Louis Mandrin. Découvrez l’or des contre-révolutions, caisses de bijoux de l’impératrice Eugénie, ou les économies cachées du curé de Coustaussa. Où sont les malles du bandit Descombes ? Élucidez le mystère du château Fargues ou la fameuse Énigme de la pierre au trésor.
Chercheurs de trésors : Histoires authentiques Fred Bonamy 22 mars 2003
Présentation de l’éditeur : On a tous rêvé de découvrir un trésor, un jour ou l’autre. Mais certains sont allés plus loin et leur rêve est devenu passion. Ils en ont fait un hobby, parfois même un métier, souvent jusqu’à l’obsession. Qu’ils parcourent les déserts à la recherche de météorites, explorent la mer des Caraïbes et ses galions engloutis, ou fouillent le sous-sol de leur maison à la recherche du trésor familial, ils ont tous en commun une soif d’aventure et un goût des émotions fortes. Et puis, il y a ceux qui trouvent ! Par chance ou par obstination, même si ce n’est pas toujours le magot qu’ils espéraient… Fred Bonamy a rencontré certains de ces passionnés qui cherchent fortune. Au travers de quinze histoires authentiques, elle nous fait partager leurs rêves, leurs déceptions, mais aussi la joie de leurs découvertes. Des récits pleins de suspense qui vous donneront peut-être envie de rejoindre ces aventuriers à la recherche de trésors perdus.
50 épaves en Corse Jean-Pierre Joncheray & Anne Joncheray 30 octobre 2002
Comment ils ont trouvé un trésor Alain Cloarec juin 2001
Quatrième de couverture : Il ne se passe guère de mois en France sans qu’un trésor soit trouvé, le plus souvent par le pur effet du hasard, pendant l’exécution de travaux de réhabilitation d’un bâtiment, de réfection d’une cave, d’un jardin ou d’une route. Bien que ces découvertes soient nombreuses, elles ne représentent qu’une infime partie des trésors qui sont encore cachés à quelques centimètres sous nos pieds, attendant un heureux coup de pioche. Passionné de prospection depuis l’âge de 14 ans, Alain Cloarec est devenu l’un des grands spécialistes de la détection et de la recherche de trésors. Il nous livre ici les plus belles des multiples découvertes qu’il a effectuées au fil des années, dont celle d’un trésor de plus de 70 kg d’or à Saint-Cloud! Merveilleuses, insolites, parfois drôles, ses aventures nous entraînent dans un monde qui mêle tour à tour histoires, péripéties, enquêtes et connaissance du terrain.Alain Cloarec dirige à Paris une société de vente de matériel de détection (IDS) depuis 1985. Prospecteur chevronné, il exerce une activité de recherche à l’échelon national, au service tant des particuliers que des institutions. En 1992, il a participé à la fondation de l’Association française des prospecteurs.
Le trésor de Rommel Jean-François Sers 11 mai 1991
Guide des trésors perdus en France François Fayard 11 janvier 1979
Ce blog est dofollow !