Accueil » Chasses au trésor » La double vie de Robin Scaileteur, dit l’Ardoisier – Chasse au trésor terminée

La double vie de Robin Scaileteur, dit l’Ardoisier – Chasse au trésor terminée

La double vie de Robin Scaileteur, dit l’Ardoisier, était une chasse au trésor sur Internet, lancée le 12 août 2019.
Elle vient de trouver son épilogue (le 24 août) puisque Yannick, l’organisateur, a reçu 3 bonnes réponses sur le GSM dédié.

Blackjack

Voici son message :

Chers chasseurs bonjour !
Après presque deux semaines de recherches, de crackage de codes et de grattage de tête, il se trouve que j’ai reçu TROIS mots de passe corrects en l’espace de DEUX HEURES hier soir sur le GSM dédié, de sorte que nous avons nos trois vainqueurs et que je peux (et dois) clôturer la Chasse !

Vainqueur :
« Lafee » (Liège, Belgique), qui remporte son ticket VIP pour le Belgium Blackjack Trophy 2019 au Casino de Spa

Runner-up :
« Pikboum » (Neuilly, France), qui remporte le coffret « high tech » édition limitée Belgium Blackjack Trophy, d’une valeur de 100 € !

Troisième à avoir percé le secret de Robin Scailleteur :
Sébastien T. (France), qui recevra par la Poste une enveloppe de 8 tickets de jeux à gratter belges, et en gardera tous les gains éventuels ! Qui sait s’il ne va pas décrocher les 100 000 € du jeu du « 21 » ?! ^^

Mention spéciale à Machiavel27, Reggie C. et Gérard M., qui avaient trouvé un bon mot de passe, mais pas le bon numéro de GSM, ou inversement !
Bravo à eux !

À présent, pour ceux et celles que cela intéresse, je vous livre les solutions :
1) Une simple recherche sur Wikipédia vous livrait presque mot pour mot le blasonnement (= description d’armoiries ou de blason en héraldique) de la ville de LIÈGE, où a vécu Robin S. Le blason en illustration était celui de Chênée, une banlieue de Liège où il a également disputé pas mal de parties…
2) Le mot-réponse était MORESNET, du nom de ce micro-territoire disputé pendant au moins un siècle entre 4 nations. Allez sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Moresnet_neutre, et découvrez l’histoire singulière de cette petite commune bilingue… « Guillaume l’endurci » désignait Wilhelm Molly, espérantiste local.
3) Réponse : Fähnrich, à développer en français en FAEHNRICH dans les grilles, équivalent allemand d’un aspirant dans la Bundeswehr, l’armée des Suèves modernes ! ^^
4) Réponse : Rotwelsch, du nom de l’ancien argot allemand, composé principalement de termes empruntés au Jiddisch / Yiddish. Ah ben mince, c’est aussi le nom de la structure qui organise la Chasse ! ^^
5) Réponse : SCHWIMMEN (« nager, flotter »), nom allemand du jeu du « trente-et-un », dont le mécanisme est décrit dans le mystérieux quatrain…
6) Réponse : PRISON. Tout le quatrain n’était que synonymes traduits en français d’expressions allemandes (argotiques) désignant la prison : « sitzen » (assis), Kittchen, Knast etc.
7) Réponse : PISTOLET, soit une PISTOLE (ancienne monnaie espagnole) plus un « T » (« un thé »). C’est ça, un « logogriphe » !
8) Le mot-réponse était PONTET, non pas un « petit pont » comme sur la photo, mais bien la boucle de métal qui protège la détente d’une arme de poing…
9) … en l’occurrence celle d’un GLOCK, arme de service de Robin Scailleteur pendant et après sa carrière à l’armée belge et à la Bundeswehr, et dont on peut voir un exemplaire au Musée d’armes de Liège, le fameux Grand Curtius ! (une cloche se dit « Glocke », en allemand, l’inventeur de la marque étant bien sûr Gaston Glock)

Une fois tous ces mots-réponses correctement replacés dans les grilles du bas, on s’aperçoit qu’il y avait QUATRE mots de passe possibles, dont certains ne manquaient pas de piquant… ^^
« D »accord, mais cela ne nous explique pas comment reconstituer le numéro de téléphone auquel les envoyer ! » allez-vous me dire…
Le principe était fort simple : s’agissant d’un numéro belge, on pouvait d’ores et déjà considérer que son premier chiffre allait être un 4, surtout si l’on ne compose pas le 0 quand on doit envoyer un SMS depuis l’étranger. Chaque lettre correctement placée de la grille du haut renvoyait en fait à une touche de clavier téléphonique standard ! Ainsi, le « G » de GLOCK renvoyait à la touche 4 (lettres G-H-I), et ainsi de suite.

Merci à vous tous pour votre participation, et au PLAYsir de vous retrouver, en live en octobre à Spa, ou en ligne !
Tournament vôtre,
Yannick Van Belleghem, organisateur

Crédit images et présentation : Agence Rotwelsch

Laisser une réponse