Accueil » Cryptographie - Cryptologie » Le code secret des luthiers

Le code secret des luthiers

Les luthiers parisiens du XIXe siècle tenaient des registres recensant les instruments en précisant quatre nombres : le prix d’achat de l’instrument, le prix de vente souhaité par le luthier, le prix de vente réel et un prix de réserve (en-dessous duquel le luthier ne souhaite pas vendre).

À partir de 1840, pour garder certains prix secrets, notamment pour ne pas gêner les négociations avec les clients ou ne pas favoriser les vols d’instruments, les marchands et fabricants parisiens ont imaginé un code de substitution des chiffres composant les prix.

 

Le code secret des luthiers

 

Un cryptologue du CNRS et un conservateur du Musée de la musique se sont penchés sur le code, finalement assez simple à casser : il s’agissait d’un code de substitution, remplaçant un chiffre par une lettre.
1 devient ainsi H, 2 devient A…

Au final, le code utilise un mot HARMONIEUX, mot de dix lettres, pour remplacer les chiffres de 0 à 9.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 0
H A R M O N I E U X

Le conservateur et le cryptologue ont ainsi pu découvrir les prix de près de 2 500 instruments et en apprendre beaucoup sur le commerce de la lutherie de l’époque et sur les cotes des plus beaux violons, comme les Stradivarius, façonnés par Antonio Stradivari.

 

À retrouver dans l’article du Figaro : Le code secret des luthiers parisiens au XIXe siècle décrypté.

Merci à Vincent !

Crédit image et vidéo : CNRS

Laisser une réponse