Accueil » Autour des chasses au trésor » Il resterait une vingtaine de Boules de Moulins à découvrir

Il resterait une vingtaine de Boules de Moulins à découvrir

Lors du siège de Paris par les troupes prussiennes, en 1870 et 1871, le transport du courrier pose des problèmes, notamment dans le sens province vers Paris.
Les montgolfières ne peuvent être dirigées et se poser dans Paris est donc aléatoire.
Des essais sont faits avec des pigeons voyageurs, mais ne se révèlent pas assez concluants.

Trois ingénieurs, Messieurs Robert, Delort et Vonoven, ont l’idée de transmettre des messages par la voie des eaux, de manière discrète. L’idée est adoptée par l’administration postale et c’est le bureau de poste de Moulins-sur-Allier qui est chargé de centraliser le courrier destiné à être envoyé à Paris par voie fluviale (sans garantie de l’administration). Les lettres doivent porter la mention ‘Paris, par Moulins, Allier’, ce qui donna leur nom aux boules de Moulins…


Les ingénieurs choisissent d’utiliser des cylindres en zinc, d’environ 12 cm de diamètre et d’une longueur de 20 cm. Ceux-ci servent de conteneurs pour des lettres, limitées à un poids de 4 grammes et subissant une majoration de 80 centimes sur l’affranchissement (1 franc au lieu des 20 centimes alors pratiqués). Chaque cylindre peut contenir entre 500 et 700 lettres. Il est soudé, afin d’être étanche, puis lesté de façon à couler et s’appuyer légèrement sur le lit du cours d’eau. Des ailettes soudées sur le cylindre lui permettent d’être emporté par le courant et d’avancer sur le lit du cours d’eau.

Des filets tendus derrière les lignes ennemies sont destinés à recueillir les cylindres.

L’opération débute le 04 janvier et se termine le 28 janvier 1871. Selon les rapports de Monsieur Robert, on peut penser que 55 cylindres ont été largués, à Bray-sur-Seine puis à Thomery ou au pont de Samois.

Mais aucun n’est récupéré dans les filets !

C’est seulement le 6 mars 1871 que le premier cylindre, ou boule de Moulins, est découvert.
Jusqu’à aujourd’hui, 33 repêchages ont été signalés, ce qui laisse espérer qu’une vingtaine de boules sont encore à découvrir.
Les deux dernières découvertes de ces trésors de la philatélie et de l’histoire ont eu lieu :

  • le 6 août 1968 à Saint-Wandrille ;
  • le 14 avril 1982, soit 111 ans après, à Vatteville-la-Rue.

Si le sujet vous intéresse, une conférence sera donnée par Olivier Saintot, membre de l’APS et correspondant de l’Académie de Philatélie, dans le cadre de la fête du timbre ce week-end. Voir cet article de l’union Champagne Ardenne Picardie.

Vous pouvez également consulter cet excellent article sur le site Ballons montés et boules de Moulins.

Laisser une réponse