Accueil » Chasses au trésor » A la recherche du scarabée d’or – Echec du financement. Mais à suivre…

A la recherche du scarabée d’or – Echec du financement. Mais à suivre…

A la recherche du scarabée d'orA la recherche du scarabée d’or, une chasse au trésor d’envergure nationale liée à la nouvelle d’Edgar Allan Poe Le scarabée d’or, était prévue pour pour mai ou juin 2015.

Si le format semblait plaire – un livre de 12 énigmes pour retrouver un message enfoui en France – et si le lot était alléchant – un scarabée en or massif et ébène, conçu par l’artiste Philippe Favier, d’une valeur d’environ 10 000 € – le financement du jeu, faisant appel au crowdfunding, n’a pas abouti dans les délais.

Mais les organisateurs indiquent qu’ils n’en resteront pas là et annoncent qu’une autre chasse au trésor sera proposée dans quelques mois.

A suivre sur notre site ou sur la page Facebook des Editions Circonvolution.

Crédit image : Editions Circonvolution

3 plusieurs commentaires

  1. je comprend pas vous dites q’une autre chasse au trésor sera proposée, moi elle me parait pas mal, vont t’il la lancer ou la mettre au fond d’un tiroir. je me pose une questions, si quelqun la finance il gagne quoi 😆 ? cdlt

    • blank

      Je ne rapporte que ce que les organisateurs indiquent en ce qui concerne la suite.

      Sinon, pour le financement par crowdfunding, il y a une nuance : c’est un financement collectif et par anticipation.

      Prenons un exemple : pour être simple une chasse au trésor dont le livre coûte 10 euros et le prix est de 1000 euros.

      Dans le cadre classique, l’organisateur finance le lot, imprime ses livres et espère en vendre plus de 100 à 10 euros pour financer le lot et si possible faire une marge.
      Dans le cadre du crowdfunding, la démarche est inverse. Vous mettez 10 euros dans la cagnotte et si 100 personnes ou plus font de même, le livre est imprimé et la chasse est lancée. S’il y a plus de 100 crowdfunders, l’organisateur fait une marge.

      Au bout du compte, financièrement, cela revient financièrement grosso modo au même pour les organisateurs et le joueurs (schématiquement et dans les grandes lignes budgétaires). C’est une approche qui amoindrit les risques pour l’organisateur s’il n’a pas de sponsor ou pas les fonds nécessaires à avancer. Le joueur doit payer par avance, sans savoir exactement de quoi il retourne (ceci dit, un bon projet de crowdfunding doit être clairement explicité).

      Dans le cas du scarabée d’or, les organisateurs n’ont pas collecté suffisamment dans le temps imparti pour lancer la chasse (les collectes en crowfunding se déroulent sur des sites de sociétés spécialisées, qui fixent un temps maximum pour la collecte). Les crowdfunders ont été remboursés et on revient au point 0.

      C’est effectivement dommage si la chasse finit dans un tiroir.

    • blank

      Mais j’ai peut être mal compris votre remarque : vous posez la question d’un financeur qui se présenterait pour assurer les fonds ?
      Habituellement, on voit des sponsors qui cherchent avant tout de la publicité.
      Ceci dit, je ne sais pas, il faudrait contacter les organisateurs. Un financeur peut éventuellement espérer une marge bénéficiaire ?

Laisser une réponse