Accueil » Autour des chasses au trésor » Traversée de Paris, la nuit du 3 juillet 2010, coté coeur

Traversée de Paris, la nuit du 3 juillet 2010, coté coeur

Ce jeu-parcours, le 3 juillet entre 20h et 1h du matin, interdit au moins de 18 ans, vous entraine à la découverte du monde de la nuit à Paris, dans le maris, le Quartier Latin (…), et se termine par une projection de films érotiques dans le cadre de la Nuit du Cinéma.


Ce jeu est le premier des deux parcours proposés dans le cadre des « traversées de Paris ».
Ces traversées regroupent :

  • Près de 3000 participants, nommés « le public », réunis en équipes de 6 personnes.
  • Plus de 100 organisateurs, nommés « les réalisateurs ».
  • Près de 150 personnes veillant au « fair play » et servant d’interface entre « les réalisateurs » et « le public ». Ceux-ci sont « les intermittents ».

Chaque équipe se voit remettre un carnet de bord, avec 18 questions pour chaque traversée.
Certaines étapes sont interactives, et demandent d’exécuter des ateliers liés au monde du cinéma (blind test, maquillage, mimes…)

Des prix sont prévus pour les gagnants de chaque parcours.

Extrait de la présentation des « Traversées de Paris » :

« Les Traversées de Paris », ce sont des parcours pédestres initiatiques, ponctués d’étapes interactives en intérieur-jour ou extérieur-nuit, au milieu de décors et de studios, réels et imaginaires, pour une plongée collective à travers les coulisses du cinéma.
Des milliers de participants, rassemblés en équipe de 6, partent sur les traces des réalisateurs, acteurs et techniciens qui ont contribué à la renommée du 7ème art à Paris. Lieux de tournages, salles mythiques, films cultes sont (re)visités sous forme de jeux-parcours, en ouverture et en clôture du Festival Paris Cinéma…

Les parcours sont organisés par PARIS MACADAM – LES ARCAVALS

Une inscription (en préalable ou sur place) est nécessaire.
Toutes les informations sur le site du Festival paris Cinéma 2010, sur la page dédiée aux « Traversées de Paris ».

Paris Cinema 2010

Laisser une réponse