Accueil » Généralités » Chasseurs de trésors & Aventure » Le rocher de Plougastel-Daoulas a parlé

Le rocher de Plougastel-Daoulas a parlé

Un concours, le Mystère Champollion, lancé en 2019 par la commune de Plougastel-Daoulas proposait de déchiffrer de mystérieuses inscriptions gravées sur un rocher.

Les inscriptions ont été gravées il y a deux cent cinquante ans et présentent des mots, des dessins, des dates

De mystérieuses inscriptions sur un rocher : 2 000 € à qui saura les déchiffrer !

Le concours a suscité 2 000 demandes de participation et finalement 600 personnes ont validé leur inscription.
Le concours se déroulait de mai à fin novembre 2019.
Les résultats ont été dévoilés lundi 24 février 2020.

Le jury a tout d’abord retenu 61 hypothèses provenant de France, du Brésil, des Etats-Unis, de Thaïlande, de Russie, d’Espagne, d’Italie, des Emirats arabes unis…
Le Maire de la commune de Plougastel-Daoulas explique que le concours a finalement désigné deux vainqueurs ex aequo, qui ont suivi des chemins différents pour déchiffrer les inscriptions.
Dans les deux cas toutefois, les inscriptions concernent l’histoire d’un marin qui aurait péri en mer.

La première hypothèse, avancée par un professeur agrégé d’anglais et diplômé d’études celtiques évoque un soldat qui aurait péri en mer lors d’une tempête. Un autre soldat se serait chargé de graver le texte en honneur du disparu.
« (…) Serge est mort quand mal exercé à ramer l’an dernier son bateau fur retourné par le vent (…) »

La seconde hypothèse, défendu par un reporter et écrivain, associé à un dessinateur et auteur de BD, mentionne une personne exprimant sa colère contre les responsables de la mort d’un ami.

Le Maire indique qu’il y a encore du chemin à faire pour lever totalement le mystère, certaines parties du texte n’ayant pas pu être déchiffrées et les deux soldats pas encore identifiés.

Le rocher de Plougastel-Daoulas va être rendu plus accessible (car aujourd’hui seulement accessible à marée basse) et une reproduction est destinée à son Musée.

Plus de détail dans l’article sur Le Monde / « OBBIIE : BRISBVILAR… FROIK… AL » : l’inscription gravée il y a 250 ans sur un rocher du Finistère enfin décryptée.

Un grand merci à Saintex !

Crédit image : Le Télégramme

 

Laisser une réponse