Accueil » La Chouette d'Or » Actualités » La Chouette 20 ans après – Notes de lecture

La Chouette 20 ans après – Notes de lecture

A l’occasion de l’anniversaire des 20 ans de la Chouette d’Or, les Éditions du Trésor publient un livre entièrement dédié à cette chasse au trésor mythique.

Cet ouvrage collectif aborde la chasse au trésor sous divers angles, qu’ils historiques, psychologiques ou opérationnels. Il regorge d’anecdotes et de conseils et présente les questions fréquentes.

La Chouette 20 ans après

Le prologue est signé par Julien, fondateur des Éditions du Trésor. Il explique les raisons d’être de ce livre.
Cette introduction est suivie de plusieurs chapitres présentant la Chouette d’Or : historique, matériel nécessaire et présentation générale.

Philippe D’Euck évoque ensuite sa rencontre et ses relations avec Max Valentin.

Patrice fait le tour de la terminologie propre aux Chouetteurs, à consulter absolument si vous souhaitez savoir si vous êtes plutôt monogenriste ou bigenriste, tandis que Mickey évoque la piste de Dabo.

Vous retrouverez également le portrait chinois de Max Valentin, tel qu’il l’a établi en 1996.

Une partie très intéressante présente le carnet d’un Chouetteur qui ressemble sans doute, dans sa forme, à de nombreux carnet de chasseurs de la Chouette avec prise de notes, annotations dans la marge…

Patrick Schmoll, auteur de Chasseurs de trésors, socio-ethnographie d’une communauté virtuelle, propose une analyse de la chasse au trésor selon un angle psychologique et sociologique, à la lumière de la figure du père fondateur.

Julien expose différentes raisons pouvant expliquer la longévité de la chasse au trésor : concepts flous et interprétations innombrables, visuels, fausses pistes (voulues ou non par Max Valentin), IS interrompues en 1996, Madits à double tranchant

Météor replace la Chouette d’Or dans le temps, à la lumière de son propre parcours et délivre 3 indications basées sur sa compréhension de la chasse au trésor (les indications 1 et 3, notamment, méritent sans doute d’être réfléchies).

Après une sélection de Madits amusants, le livre se termine par un lexique dédié à la Chouette d’Or, un rappel du règlement du jeu (il s’agit de celui de la deuxième édition du livre Sur la Trace de la Chouette d’Or, en 1994) et d’une lettre ouverte de septembre 2011, signée Michel Becker, relative à la dotation de la chasse au trésor.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à lire cet ouvrage qui vous permettra, si vous êtes novice, de prendre connaissance de points marquants de la chasse au trésor et d’acquérir des repères ou, si vous êtes un ancien Chouetteur, de découvrir des informations nouvelles, mais aussi un joli et nostalgique recueil au sujet des 20 ans passés sur la trace de la Chouette d’Or.

Pour commander le livre :

Note de ChAT : non, Phil Météor n’est pas la première chasse au trésor organisée en France 😉

Crédit image et présentation : Editions du Trésor


5 plusieurs commentaires

  1. blank
    Sadness_and_Sorrow

    J’ai pour ma part découvert le monde des chasses aux trésor à l’âge de 14 ans grâce à aux 12 énigmes de dalmas, ce qui m’a permis ensuite de connaître les chasses de Max Valentin dont la chouette d’or et orval. J’ai donc beaucoup aimé les récits de Phil d’Euck, Météor (découvert dans le livre des solutions d’orval) et Mickey qui expliquent leur rencontre avec l’auteur et la piste de Dabo, dommage que cela n’est pas été plus long ❗ ❗ ❗

  2. blank
    CARRE de Lusançay Thibaut

    Bien le bonsoir , si comme je le ressent chaque tableau se lit de gauche à droite et de bas en haut , la foret de Brocéliande est à fouiller
    Si par contre les chiffres d’un tableau sont à lire en sémantique de droite à gauche , fouiller donc le val de Roncevaux 😈

  3. blank

    Hum! pas forcément que des bonnes idées dans ce livre que je n’ai pas lu.

    ça sent les anciens combattants qui voudraient en être, mais…

    Je sais où elle est, depuis presque un an maintenant. Je n’ai plus tellement envie d’y aller, mais j’irai, sans doute cet automne, si mes obligations diverses m’y autorisent. Je ne sais pas tout à fait qui j’inviterai. La liste sera courte. Mais ils y seront. Ceux là qui ont osé partager leurs talents d’esprit avec la pauvre chose que je suis.

    On a parfois plus de contraintes et plus d’autres plaisirs immédiats qu’aller creuser un dernier trou, après s’être tellement trompé, tellement amusé à autre chose.

    Sans Régis, il n’y a plus aucune urgence pour moi.

    La solution est aussi simple qu’il l’avait promise, à la portée d’une fin de collège à l’esprit un peu organisé. Notre principal problème? L’organisation de l’esprit, qui commande nos actes.

    Pour exemple : c’est tellement stupide d’aller sur site avant d’avoir une solution qui dit, en tout respect de tout Madit : « La chouette est à tant de mètres, dans telle direction, à partir de ce repère ».

    On se pollue infiniment l’esprit en allant chercher la solution « sur site » avant de l’avoir trouvée dans le livre.

    Elle est si simple.

    Ce voyage sera pour moi le dernier, quand il se fera. Au retour, à défaut de la Chouette de bronze, je vous donnerai mon cahier des solutions, la réplique exacte du livre, mais résolu.

    Quand on a construit un tel document, il parle vrai. Et je suis un expert de ce qu’est le doute en chacun des trous que j’ai creusé auparavant.

    Je ne sais pas ce que je ferai de l’oiseau. Je n’ai pas le goût des immobilisations coûteuses . C’est Max que je voulais rencontrer. L’un de mes plus fidèles amis, totalement virtuel. J’ai honte de n’avoir pas cherché à rencontrer ce trésor là d’abord. Et ce petrus qu’il m’avait promis, m’interdit désormais de rencontrer même une seule fois ce vin d’exception. C’est aussi fort que ce bouquet que je ne ferai jamais plus, composé pour accompagner le dernier voyage de mon père.

    Que personne ne réponde à ce message.

    Je parle de ce que j’ai à faire pour vous libérer de votre passion. Un acte que je suppose blasphématoire pour un grand nombre des grands anciens.

    Mon seul indice : souvenez-vous que pour comprendre un texte, il faut savoir lire, selon la science exacte des textes qui est faite d’hypothèses dont aucune ne doit être invalidée, aussi rare soit-elle, pour des raisons d’habitudes conventionnelles.

    Phil d’Euk en fait un peu trop sur la complexité des fausses pistes posées par Max. Il faut être une alouette pour être trompée par un miroir… et je crois que nous l’avons tous été, un jour où l’autre. Sans disposer des ailes et du chant de cet oiseau qui n’existe presque plus dans mon paysage alors qu’il était la signature de mes terres gamines… Les terres de la curiosité qui seule vous donnera la clé.

    Et je confirme, le sol est de terre et de cailloux… mais pas le genre béton armé.

    J’ai creusé imbécile -mais très motivant, à cet endroit là) pour avoir voyagé avant d’avoir conclus.

    Je remercie Lionel et son ami de m’avoir inspiré les bases de la 12ème. J’aurais été tellement plus comblé s’ils avaient embarqué sur les promesses que je leur en avais faites… mais il n’est de pire aveugle que celui qui ne voit pas la lumière au maigre mais prometteur lampion qu’on lui offre.

    Il sera du dernier voyage, bien entendu.

    Cherchez encore. La résolution est d’une évidence absolue.

    J’ai fait le pari que personne n’aurait cette capacité à comprendre aussi simple.

    Faisons le bilan en Novembre… J’ai de quoi faire d’ici là.

    Kloup.

Laisser une réponse